“L’in-citation ou la citation qui donne à penser : l’autobiographie d’une idée dans les Cahiers de Cioran” (Andrei Minzetanu)

Littérature 2012/1 (n°165)

Résumé : À travers la lecture des cahiers cioraniens, cet article essaie de comprendre la naissance d’une idée, la manière dont elle se réactualise et s’impose à l’attention. Il s’agit plus précisément d’analyser le rôle joué par quelques citations dans la naissance du titre « De l’inconvénient d’être né ». Le point de départ n’est plus vraiment l’intertextualité mais plutôt les théories littéraires qui envisagent la citation comme un « filtre » dans l’interprétation des textes (Michel Charles) ou dans la vie comme conduite esthétique (Marielle Macé), ou plutôt les philosophies qui s’intéressent à l’apparition et à la circulation des idées, celle de Pierre Pachet pour qui la littérature est principalement une « affaire » d’idées, et celle de Paul Audi qui se concentre sur le « devenir-auteur », sur la manière de s’approprier et d’habiter une idée.

Abstract: This article endeavours to understand the birth of an idea, the way it redefines itself and gains attention, through a reading of Cioran’s Cahiers. The idea is more precisely to analyse the roles played by a number of citations in the genesis of the title De l’inconvénient d’être né (« On the inconvenience of having been born »). The point of departure is no longer really in inter-textuality but rather in the literary theories which understand citation as a « filter » in the interpretation of texts (Michel Charles) or in life as aesthetic conduct (Marielle Macé), and further even in the philosophies which look at the appearance and circulation of ideas, such as that of Pierre Pachet for whom literature is essentially the « business » of ideas, and that of Paul Audi who focuses on the « becoming-an-author », on the way an idea is appropriated and lived.

« Une pensée est une phrase possible.[…]Penserveutdire: chercher une phrase. »
Pierre Alferi

Lire un crayon à la main

En 1979, Antoine Compagnon note, dans un texte devenu entre-temps un grand classique des études intertextuelles, qu’on oublie, lorsqu’on évoque habituellement la citation, le travail (d’appropriation, de « prélèvement » et de « greffe ») qu’elle présuppose. Mais ce qui est peut-être encore plus surprenant est le fait qu’on nomme rarement ce travail, cette origine de la citation : la lecture. On oublie, et c’est autrement plus grave, qu’avant d’être un « opérateur d’intertextualité », avant d’être transmise, tronquée, modifiée, réinvestie par d’autres lecteurs, avant de devenir rumeur ou un simple stéréotype, la citation est une expérience et un geste de lecture. Au-delà du discours ordinaire, on pourrait remarquer la même tendance au sein des études de théorie littéraire : celles consacrées à la citation ne s’intègrent pas assez dans une certaine théorie de la lecture, et les études portant sur la lecture n’accordent pas à la citation et au geste de la citation l’attention qu’ils méritent. Tant qu’on sera prisonniers du modèle argumentatif et (trivialement) rhétorique de la citation, on ne pourra pas voir qu’elle est, avant tout, un écho, « une petite chose qui prend du relief », bref, une note personnelle de lecture. Avant de citer pour les autres, on cite d’abord pour soi (j’y reviendrai), et en paraphrasant Pierre Pachet, on pourrait dire que la citation, avant d’être un rapport à l’autre, est un rapport à soi : à notre mémoire et à notre vie (de lecteurs), à nos préférences et à nos idées, à notre style et à notre état d’esprit. Je souhaiterais, dans ce qui suit, ramener la citation vers cette origine et proposer quelques hypothèses à partir d’un exemple tiré des Cahiers de Cioran… [+]

Deixe um comentário

Faça o login usando um destes métodos para comentar:

Logo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s