« Cioran, aristocrate du doute » : Magazine Littéraire

Magazine Littéraire, nr. 327, decembre 1994

Dans ce qui demeure, sans nul doute, avec La Tentation d’exister, son meilleur livre, Exercices d’admiration, Cioran présente Borges comme « le dernier des délicats ». Un compliment qu’ont pourrait renvoyer à son auteur. Car si le scepticisme et la lucidité – donc une parole totalement libre – se trouvent au cœur de son œuvre, celle-ci se voit transcendée, « rachetée » même, pourrait-on dire, par un style d’une perfection et d’une élégance qui ne sont pas sans rappeler ce XVIIIe siècle français des Lumières qui a toujours représenté pour lui un summum de la civilisation et en fait l’un des plus grands prosateurs français vivant, dans la lignée de Baudelaire et de Valéry. Alors que presque toute son œuvre roumaine a été traduite, que l’on s’apprête à publier en France un recueil de ses entretiens et en Roumanie un choix de ses lettres, où éclate son talent épistolier, il était juste de revenir sur l’œuvre de cet auteur qui a tant anticipé en matière de pensée et d’attitudes. L’interprétation de Cioran ne fait que commencer. En voici quelques pistes…

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Foto do Google

Você está comentando utilizando sua conta Google. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s