Jean-Marie Le Pen dans L’Heure de Vérité | 13/02/1984 | Archive INA

Invite de “l’heure de vérité” : Jean-Marie LE PEN, président du Front national. Il répond à 3 journalistes : Alain Duhamel, Jean-Louis Servan-Schreiber et Albert du Roy.

Il s’explique à propos des accusations de racisme, d’antisémitisme “Je ne suis ni raciste, ni fasciste, ni extrémiste”. Il se dit scandalise de voir son nom ou sa photo associés aux défilés de l’armée Allemande ou à la photo d’Hitler. Sur Le Plan politique, JM Le Pen considère comme un “démocrate churchillien”. Il répond aux journalistes sur la violence “qu’il n’aime pas car en est la victime”, sur les réactions de l’épiscopat français sur les problèmes relatifs à l’immigration, sur les régimes instaurés en Espagne et au Chili par Franco et Pinochet, sur ses activités militaires en Algérie et accusations en 57 pour tortures “J’ai servi en Algérie et j’en suis fier.

J’ai été décore de la croix de la valeur militaire”, sur les interventions de la France au Tchad et au Liban, sur l’URSS, sur la politique économique et sociale. Au cours de l’émission en réaction à la minute de silence demandée par Claude CHEYSSON aux députés Européens a la mort d’Andropov, J.M. LE PEN demande aux participants une minute de silence pour ceux tombes sous les dictatures communistes et goulags. Pl. Sur J.M. le pense levant ainsi que les participants, les journalistes restant assis.

Deixe um comentário

Faça o login usando um destes métodos para comentar:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair /  Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair /  Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair /  Alterar )

Conectando a %s