“Codreanu, chef de la Garde de fer, récemment tué par la police roumaine…” – René BRAICHET

Feuille d'Avis de Neuchatel, Suisse, nº 288, 9 décembre 1938 Une des figures mystérieuses de ce temps : Codreanu, chef de la Garde de fer, récemment tué par la police roumaine fut-il, dans son pays, un précurseur ou un simple aventurier de la politique ? Nos lecteurs ont lu récemment une dépêche relatant que le… Continue lendo “Codreanu, chef de la Garde de fer, récemment tué par la police roumaine…” – René BRAICHET

“Cioran, ou l’impuissance d’ètre plus qu’un roumain” (Mircea A. Diaconu)

Journal of Romanian Literary Studies, no. 2, Arhipelag XXI Press, Tîrgu-Mureş, 2012, p. 40-49. Abstract: The present study questions the hypothesis according to which Cioran’s choice to abandon his youth Legionary beliefs is due to his refusal to write in Romanian and to the embracement of French language as the language of reason. Our theory is justified… Continue lendo “Cioran, ou l’impuissance d’ètre plus qu’un roumain” (Mircea A. Diaconu)

Entretien avec Aurel Cioran – Claudio MUTTI

Origini, n° 13/février 1996. C.M.: Dans la nouvelle nomenclature des rues de Bucarest, on trouve aujourd'hui le nom de Mircea Eliade, mais à Sibiu, il n'y a pas encore de rue portant le nom d'Emil Cioran. Que représente Cioran pour ses concitoyens de Sibiu à l'heure actuelle? A.C.: Donner un nom à une rue ou… Continue lendo Entretien avec Aurel Cioran – Claudio MUTTI

“Cioran y el fascismo” – José Ignacio NÁJERA

I - Escenarios y personajes Cuando Cioran constató que se había secado literariamente tomó la determinación de que se tradujeran al francés sus obras rumanas, y así sucedió a partir de 1986. Su amigo Constantin Tacou habló de sus resistencias a volver a la prehistoria, ¡a aquel joven atolondrado! ¡Pero al fin Cioran transigió! Al… Continue lendo “Cioran y el fascismo” – José Ignacio NÁJERA